L'Agriculteur de l'Aisne 27 mai 2021 a 11h00 | Par Actuagri

Les soles des cultures de printemps en net recul

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © L'agriculteur de l'Aisne GT

Défection, rééquilibrage ou changement de cap ? Hormis la sole de protéagineux, les surfaces de toutes les autres cultures de printemps sont en net retrait cette année. «En 2021, la sole de protéagineux progresserait à 319 milliers d'hectares (+ 2,2 % sur un an; + 15,5 % par rapport à la moyenne 2016-2020)», souligne le ministère de l'Agriculture. «Les surfaces de féveroles augmenteraient de 1,4 % et celles de pois protéagineux de 2,5 %». Mais après plusieurs années de croissance, la superficie de soja (172 000 ha) régresserait de 8,1 % cette année par rapport à 2020. En s'engageant dans la campagne 2020-2021, les agriculteurs ont privilégié la culture de blé (4,9 Mha emblavés, +14,8 % sur un an) aux dépens des cultures de printemps. Mais une grande partie des baisses des surfaces constatées compense les progressions spectaculaires observées la saison passée. De très nombreuses parcelles avaient alors été réensemencées au début du printemps 2020 car les conditions de cultures des céréales d'hiver avaient été mauvaises à la fin de l'année précédente.

Mauvais rendements

L'évolution de la superficie de la culture d'orge de printemps est emblématique. Seuls 593 000 ha ont été semés, soit une superficie en baisse de 27 %. Mais la surface cultivée reste supérieure de 4,6 % à la moyenne quinquennale. De même, la sole de maïs d'1,5 million d'hectares (Mha) serait inférieure de 10,1 % sur un an mais elle demeurerait supérieure de 1,2 % par rapport à la moyenne quinquennale. La surface de maïs fourrager (1,31 million d'hectares -Mha) régresserait aussi de 7,2 % sur un an. Les cultures de Tournesol ne profitent plus du recul des céréales d'hiver. Leur surface (666 000 ha) diminuerait de 14,4 % sur un an. En raison de la moindre demande de l'industrie de transformation, les planteurs de pommes de terre ne cultiveraient plus que 152 000 ha ; (- 4,2 % sur un an) mais la surface implantée serait encire supérieure de 4,7 % par rapport à la moyenne 2016-2020. Conséquences de la crise sucrière, des mauvais rendements, de la sécheresse et du retrait des néonicotinoïdes, seuls 396 milliers d'hectares de betteraves ont été plantés (- 5.9 % sur un an et - 11,8 % par rapport à la moyenne quinquennale 2016-2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°2135 | septembre 2021

Dernier numéro
N° 2135 | septembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous