L'Agriculteur de l'Aisne 14 octobre 2020 à 13h00 | Par Gaëtane Trichet

La gestion de l'eau doit être vue de manière globale et scientifique

L'eau est un bien précieux et les agriculteurs le savent. Face aux changements climatiques et aux exigences réglementaires grandissantes, la Chambre d'agriculture de l'Aisne a décidé de préparer l'avenir en réalisant le schéma directeur départemental d'irrigation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © L'agriculteur de l'Aisne

L'Aisne bénéficie de conditions climatiques et de réserve en nappe très conséquence au regard d'autres régions de France. Ce point fait ressortir l'intérêt d'observer et de quantifier de manière précise ce que nous avons souhait appeler le volume disponible afin de le comparer au volume prélevé par tous les usagers (en rivière et en nappe).

Le résultat est sans appel, le volume disponible se quantifie en milliards de m3 alors que les prélèvements des industries, collectivités et agriculteurs s'établissent à 70 millions de m3 par an. De ce chiffre, près de 27 millions de m3 retournent à la rivière via les stations d'épuration. Autrement dit, le rapport entre les prélèvements totaux et le volume disponible chaque année est inférieur à 5 %. «Cette abondance ne doit pas cacher pour autant que les périodes d'étiage prouvent sur certains bassins versants de notre département, la nécessité de régulation pour respecter les obligations réglementaires sur les débits de certains cours d'eau (débit seuil de vigilance et d'alerte).

Ce sujet doit par conséquence impliquer tous les acteurs du territoire et construire des stratégies durables afin de couvrir les besoins de tous, tout en respectant les besoins environnementaux» explique Marie Chelin, Conseillère Ingénierie en milieu rural du Pole Territoire et Société de la Chambre d'Agriculture de l'Aisne.

Plus de 17 ans d'expérience dans l'approche quantitative de l'eau

Dans le cadre des fonds de restructurations de la filière sucre, la Chambre d'agriculture, sous l'impulsion de Christophe Compère, président de la mission irrigation de l'Aisne, a souhaité évaluer l'impact des prélèvements dans des secteurs où les pressions étaient les plus élevées.

Cette étude a été conduite avec le concours du BRGM et en lien avec les différents acteurs publics et privés reconnus sur le sujet. Elle a abouti à la construction d'un modèle informatique permettant de simuler selon plusieurs scénarios, l'évolution de la nappe et du débit dans les rivières.

Ce modèle est utilisé et calé sur le bassin versant de la Serre, à savoir sur 274 000 hectares. Son principe consiste à reproduire une année hydrologique et d'évaluer l'évolution de ces niveaux avec les prélèvements à venir. Cet outil qui appartient à la Chambre d'agriculture, a permis de franchir une étape clé dans l'évaluation quantitative de l'eau sur ce territoire.

Ces simulations ont lieu chaque année à la fin de la période de recharge (octobre-mars) et les résultats sont partagés avec l'Administration.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°2042 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2042 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui