L'Agriculteur de l'Aisne 21 juillet 2022 a 14h00 | Par Actuagri

Produire plus et mieux : est-ce possible ?

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © L'agriculteur de l'Aisne GT


La pandémie de la Covid puis la guerre en Ukraine ont soudain rappelé les menaces qui pèsent sur l’alimentation de la planète au moment où les pays riches s’interrogent sur la façon de produire une nourriture de qualité tout en protégeant l’environnement. Le constat parle de lui-même: selon la FAO, 257 millions de personnes sur la planète sont en état «d’urgence alimentaire», le réchauffement climatique freine les productions, les chaînes logistiques sont détruites sur les rives de la Mer Noire en raison des conflits.  A ce tableau inquiétant Jean-François Loiseau, président de la coopérative Axéréal et d’Intercéréales, a ajouté un autre élément : la démographie galopante, avec le continent africain qui devrait gagner un à deux milliards d’êtres humains en vingt ans. Or si l’Afrique centrale possède des terres cultivables, le Maghreb en est dépourvue. Jean-François Loiseau n’a d’ailleurs pas manqué de critiquer les pouvoirs publics : «l’absence de politique agricole nous a fait perdre pied depuis quinze ans. Nous vivons avec l’épée de Damoclès de l’hyper-concentration des centrales qui participent à la destruction de la valeur agricole et alimentaire». Jean-Baptiste Moreau, éleveur dans la Creuse et ancien député de la Creuse, a reconnu que «la Commission européenne a laissé tomber l’agriculture». Sébastien Abis, directeur du Club Demeter, a confirmé cette perte de capacités de l’Europe qui a «choisi de défendre des valeurs alors que les autres puissances défendent leurs intérêts». Il continue d’ecourager les agriculteurs qui ont travaillé au cours des années fastes (il les qualifie avec humour de «trente glandeuses»), ce qui leur donne aujourd’hui deux temps d’avance : la transition écologique et la productivité maintenue.

«Opposer verdissement et rendements est un non-sens»

Cette avance du monde agricole n’est pas un leurre tant il est vrai que c’est dans ce secteur, avec ses organismes de recherche, avec ses hommes sur le terrain, que l’on trouve aujourd’hui les réflexions et les expériences les plus enrichissantes pour la sauvegarde de la nature et la production alimentaire. L’idée que les agriculteurs feraient n’importe quoi est une erreur. «Le sol est le trésor de l’agriculteur» affirme Arnaud Rousseau, président du groupe Avril. Il faut produire plus pour capter plus de carbone, multiplier les assolements pour éviter le développement des parasites. Opposer verdissement et rendements est un non-sens». La promotion de cette agriculture régénératrice des sols, a été défendue par Anne Trombini, directrice de l’association «Pour une agriculture du vivant», créée il y a quatre ans, et qui milite pour une maximisation de la biomasse. Le principe est d’inciter les agriculteurs à se diversifier et faire pousser un maximum de végétaux sur leurs parcelles pour apporter de la biomasse et stocker le carbone. Elle a rappelé l’importance de sensibiliser les enfants dès l’école à la biologie, en leur expliquant les phénomènes de la photosynthèse et de la biomasse et en leur montrant l’attractivité du métier d’agriculteur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°2230 | juillet 2022

Dernier numéro
N° 2230 | juillet 2022

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous