L'Agriculteur de l'Aisne 22 juillet 2021 a 16h00 | Par Gaetane Trichet

L'Aisne touchée par les inondations

Gel en avril, pluies incessantes en juin, et inondations ces derniers jours, les agriculteurs de l'Aisne subissent pour la troisième fois en quelques mois, des intempéries d'une rare violence.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Betteraves
Betteraves - © L'agriculteur de l'Aisne GT

Après les dégâts considérables du gel sur le département, des orages dans le sud de l'Aisne, c'est maintenant les inondations qui font parler d'elles. Sous plus d'un mètre d'eau par endroit, les maïs, les tournesols, les betteraves, les céréales, les prairies... tout est recouvert et les récoltes semblent compromises. Et la décrue n'est pas prévue pour le moment. Car au-delà des pluies qui ont gonflé les rivières, la montée des eaux se poursuit avec l'arrivée de l'onde de crues venues d'Allemagne et de Belgique, notamment pour les vallées de l'Aisne et de l'Oise.

- © L'agriculteur de l'Aisne - GT

Jean-Yves Bricout, président de l'Union des syndicats agricoles de l'Aisne, accompagné de Charlotte Vassant, secrétaire générale de l'USAA, Airy Darbon, directeur général de la Chambre d'agriculture de l'Aisne, Thomas Papon, président de l'arrondissement de Chauny, et des élus locaux, a invité Thomas Campeaux, préfet de l'Aisne, et Grégory Courbatieu, directeur adjoint de la DDT, à se rendre sur le terrain mardi 20 juillet pour constater l'ampleur des dégâts.

- © L'agriculteur de l'Aisne - GT

Ces inondations ont des conséquences directes pour les éleveurs. Les animaux ont subi du stress et l'alimentation risque de vite manquer. Côté cultures, l'impact est très important et les récoltes compromises. Dans le meilleur des cas, la qualité sera très dégradée. L'eau asphyxie les betteraves et elle apporte mildiou pour les pommes de terre, ainsi que du pythium, un champignon qui cause une pourriture humide et grise au stockage par exemple. Que dire des maïs, des blés ou des tournesols etc. «On estime les pertes financières à plus de 100 millions d'euros» a prévenu Jean-Yves Bricout. Thomas Campeaux, impressionné par l'ampleur des dégâts, s'est dit profondément touché par la situation que vivent les agriculteurs. Il a prévenu dans l'instant Julien Denormandie, ministre de l'agriculture, qui s'est rendu le soir même dans l'Aisne pour lui aussi, constater l'étendue des dégâts garantir le soutien de l'Etat. Reste cependant à réaliser un état des lieux précis qui ne pourra semble-t'il, ne commencer que mi-août.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°2135 | septembre 2021

Dernier numéro
N° 2135 | septembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous