Le Réveil Lozère 29 juillet 2021 a 09h00 | Par P. Olivieri

Du lait de foin qui n'attend qu'à être mieux valorisé

Le Gaec Bruel* est l'un des rares élevages de Châtaigneraie à avoir investi dans le séchage en grange et une alimentation 100 % à l'herbe. Des éleveurs très satisfaits avec un bémol.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La manipulation du foin se fait par une griffe suspendue à un rail fixé au faîtage du bâtiment.
La manipulation du foin se fait par une griffe suspendue à un rail fixé au faîtage du bâtiment. - © P. Olivieri

Le seul véritable regret de Géraud Bruel ? Ne pas pouvoir valoriser son lait 100 % au foin dans le cadre de la filière AOP cantal. « Notre type de ferme irait très bien sur le secteur de Saint-Flour, là-bas on aurait une valorisation à juste titre de notre lait alors qu'ici, il est mélangé aux autres sans différenciation », déplore l'éleveur laitier saint-mamétois qui a rejoint le Gaec parental en 2009. Le Gaec Bruel composé aujourd'hui de Géraud et sa mère Martine - qui fera valoir ses   [...]

 

� Lire la suite sur le site Le Réveil Lozère

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°2135 | septembre 2021

Dernier numéro
N° 2135 | septembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous