L'Agriculteur de l'Aisne 05 janvier 2011 a 10h04 | Par Agrafil

Avec la reprise des exportations d'orge, les cours approchent les 215€/t

Abonnez-vous Reagir Imprimer

L'Ukraine et la Russie, qui avaient respectivement exporté 5,3 et 3,2Mt d'orge l'année dernière, ne pourront satisfaire les besoins de leurs clients traditionnels du Moyen Orient. Les Russes maintiennent leur embargo sur leurs exportations et les négociants ukrainiens ne sont autorisés à exporter que 200 000 t d'orge d'ici à mars prochain. Les éleveurs saoudiens, syriens ou jordaniens, ainsi que ceux du Maghreb, vont donc se tourner vers d'autres origines pour satisfaire aux besoins de leurs cheptels de moutons et de chameaux. La France et l'Allemagne devraient être les grands gagnants de ce retrait des géants de l'est sur les marchés céréaliers. Bruxelles a ainsi accordé des licences d'exportation pour près de trois millions de tonnes d'orge, soit huit fois le volume autorisé l'an passé à la même époque. Alors qu'une tonne d'orge fourragère se négociait à 100 € à la mi-juin, elle avoisine les 215€ le 4 janvier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°2223 | juin 2022

Dernier numéro
N° 2223 | juin 2022

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous